Liminaire CAPA Hors Classe 26 juin 2014

En préambule, soulignons que les documents de travail, ainsi que les convocations relatives à cette CAPA nous sont parvenus en temps utile pour nous permettre d’effectuer notre travail de la façon la plus efficace et complète possible.

Nous aimerions à ce sujet remercier ici, une fois encore, toutes les personnes qui, dans les bureaux,  œuvrent avec professionnalisme, gentillesse et implication tout au long de l’année.

L’importance de l’accès à la hors-classe est de plus en plus primordiale alors que le pouvoir d’achat continue d’être mis à mal. Aucun rattrapage salarial n’est envisagé : au contraire 3 nouvelles années de gel de la valeur du point d’indice ont été annoncées, à tel point que même les retraites sont à présent impactées et à la baisse!

 

Nous nous réjouissons particulièrement de l’augmentation des contingents attribués à notre académie puisque nous avons 4 possibilités de promotions supplémentaires cette année.

Cependant, malgré cette augmentation, un petit nombre de 11ème figure encore en position éloignée de toute possibilité de promotion alors que la plupart d’entre eux sont proches de la retraite (11 dont 5 ont 59 ans et plus). Nous constatons que 18 collègues de 55 ans et plus ne sont pas promus. Ces collègues partiront- ils à la retraite sans l’accession à la hors-classe alors même qu’il s’agit de la dernière possibilité de revalorisation qu’il leur reste ? Nous demandons que leurs cas soient évoqués et examinés avec toute l’attention requise et que soient prises les décisions permettant de répondre à ces interrogations.

Le ratio femmes/hommes est cette année de retour à un équilibre presque parfait (16 femmes pour 17 hommes) et l’âge d’accès a très sensiblement baissé pour tous les collègues (52 pour les femmes et 50.2 pour les hommes). Nous constatons que la grande majorité des promus l’est au 11ème et que nous en avons 5 au 10ème  (moyenne d’âge 43 ans).  

Pour les PEPS, il ne reste cette année que 3 avis défavorables, tous émis par le corps des IPR. Pour les CEEPS, seul un d’entre eux est toujours bloqué en classe normale par un avis défavorable émis lui aussi par le corps des IPR et une collègue n’est pas promue à la classe exceptionnelle. Nous souhaitons bien entendu pouvoir obtenir des explications lors de cette CAPA, comme il est de coutume.

Nous aimerions souligner aussi l’importance considérable de l’enseignement en établissement prioritaire, en particulier pour les plus jeunes promus, qui équivaut à un échelon et permet à des 10ème d’être promus. 15 à 25 points ont ainsi été attribués à ces collègues. Lorsque l’on sait que 21 points séparent le 5ème  du 32ème, on pourra mieux en juger. Peut-être pourrions-nous trouver encore un meilleur équilibre ?

Nous continuerons à revendiquer une réelle revalorisation du point d’indice mais aussi des carrières dans leur ensemble et pour qu’aucun collègue ne soit contraint de partir à la retraite sans pouvoir accéder à l’indice terminal de son corps. Pour rappel, notre revendication est toujours d’un corps unique reconstruit avec l’indice du 7ème échelon de la hors classe pour indice terminal.

 

Les commissaires paritaires du SNEP-FSU.