CD UNSS du 17 mars 2017

 Déclaration du SNEP FSU 68

 

 

Tout d’abord, le SNEP FSU 68 tient à féliciter tous les animateurs, coordonnateurs de district, directeurs de services UNSS à tous les niveaux pour leur implication et le dynamisme qu’ils insufflent au quotidien pour le service public du sport scolaire. Nous remercions également les élèves et leurs parents qui sont toujours très nombreux à faire confiance à l’UNSS en y prenant part. Nous remercions enfin les chefs d’établissement et Madame la DASEN qui soutiennent régulièrement les activités de l’UNSS ainsi que les collectivités qui permettent le développement du sport scolaire.

Présidence des AS

Le SNEP-FSU rappelle son attachement à la présidence des associations sportives d'établissement par les chefs d'établissement, à la présidence par les DASEN et le recteur des CD et CR UNSS. Nous pensons en effet que les AS des collèges et Lycée ne sont pas des associations comme les autres mais bel et bien un service public du sport scolaire.

Augmentation du nombre de licenciés

Le dynamisme des AS et de l’UNSS, nous le constatons par l’augmentation dans de nombreux établissements du nombre de licenciés. En effet, si 12% des collèges et 16% des lycées se déclarent en difficulté sur le plan des licences dans notre enquête de rentrée, ces chiffres sont en baisse par rapport à l’année dernière. Nos échanges avec nos collègues lors des différentes rencontres nous confirment cette hausse au cours de l’année. Nous pensons que la fin de l’obligation de certificat médical n’est pas étrangère à cette embellie.

Forfait d’animation de 3h pour tous les enseignants d’EPS

Le SNEP FSU rappelle également son attachement au respect de l’attribution pour chaque enseignant d’EPS du forfait de 3h pour l’animation de l’AS. Cela semble être le cas pour l’écrasante majorité de nos collègues puisque plus de 97% l’ont en collège et plus de 92% en lycée. Notons que les collègues n’ayant pas le forfait de 3h déclarent que c’est un choix.

Des points négatifs aussi

Nous le savons tous, lorsqu’une AS fonctionne dans des conditions horaires et matérielles optimales, les bénéfices qu’elle apporte rejaillissent largement sur l’établissement (amélioration du climat scolaire, possibilité de travailler sur la mixité, etc.). Cependant, malgré les nombreuses réussites du sport scolaire dans notre département que nous ne pouvons pas détailler ici, il est de notre responsabilité de dénoncer les difficultés, les freins que rencontre le sport scolaire au quotidien dans notre département.

Difficultés liées à l’accès aux installations sportives :

En premier lieu, Le SNEP-FSU déplore les difficultés rencontrées par les établissements pour obtenir des créneaux sur les équipements sportifs en nombre suffisants pour l'enseignement de l'EPS bien sûr mais aussi pour l'animation de l'association sportive.

En effet, plus de 12% des collèges et 16% des lycées se déclarent en difficulté concernant les installations sportives pour l’AS.

Le SNEP-FSU rappelle les termes du guide du MEN de décembre 2012 et renouvelle sa demande de mise en place d’une commission tripartite EN-Collectivités-SNEP FSU sur le dossier des installations sportives. Il est urgent de mettre en place un programme pluriannuel de rénovations et de constructions d’équipements sportifs, et nous avons une expertise reconnue à partager sur ces questions.

Difficultés financières

Les situations sont très variables selon les établissements. Cependant, notre enquête de rentrée nous a permis de constater que 9,8% des AS de collège se déclarent en difficulté financière, et 48% des AS de lycées. Près d’un lycée sur deux ! Comment ne pas faire le lien avec l’augmentation du coût des licences imposée il y a quelques années ? Quelle a été l’évolution depuis la mise en place du contrat obligatoire ? 1/3 des AS de collège reçoivent une aide de la part de leur établissement, et la moitié des lycées. Sans cela, ces AS pourraient-elles encore avoir une activité ?

Pour toutes ces AS en difficulté se pose la question du coût des déplacements et de l’animation. Clairement, c’est un frein à l’activité de ces AS.

Si certains collèges en éducation prioritaire voient le coût de leur contrat abaissé (1/2 tarif REP+), les lycées ne faisant pas partie de l’éducation prioritaire en sont de fait exclus. Pourtant, ce n’est pas parce qu’un élève passe du collège au lycée ou lycée professionnel que sa situation familiale s’améliore : les CSP défavorisées ne disparaissent pas au lycée, elles ont même tendance à se concentrer davantage en LP. Certes, ces établissements peuvent toujours demander à bénéficier du fonds de solidarité, mais ils ne peuvent pas développer leur activité. Par ailleurs, afin de conserver ce service public du sport scolaire, il est indispensable de maintenir le coût de la licence le plus faible possible pour les élèves, afin que l’argent ne soit pas un frein à la pratique. C’est dans l’idée de donner un peu d’air aux LP que le SNEP FSU a proposé un vœu au CA de l’UNSS du 6 décembre 2016 pour le coût de leur contrat soit divisé par deux.

Le SNEP FSU demande à ce qu’un geste soit fait envers les lycées professionnels afin de leur donner un peu de marge et permettre ainsi le développement de l’activité. Nous demandons également que la part du budget destinée aux crédits d’animation augmente.

Disparition de la catégorie Senior

La suppression de la catégorie senior pose le problème de l'accès au sport scolaire pour les élèves de BTS et pour certains élèves de LP. Nous demandons le rétablissement de la catégorie !

E-Cotiz, pour le SNEP FSU c’est NON !

Dans ce contexte de difficultés budgétaires pour les AS, il est tout à fait incompréhensible que soit proposée la mise en place d’un service payant géré par un opérateur privé pour s’occuper de la collecte des licences du service public du sport scolaire.

Si la collecte des cotisations et autres documents ainsi que la trésorerie sont bien des tâches fastidieuses et pénibles, pourquoi ne pas accorder, comme le demande le SNEP FSU, des IMP aux enseignants qui assument ces missions ?

C’est pourquoi le SNEP FSU appelle les collègues animateurs d’AS à ne pas utiliser e-cotiz.

Secourisme et AS :

Après avoir porté cette revendication en 2012 au sein du CHSCT le SNEP-FSU a renouvelé sa demande d’un recyclage en secourisme proposé aux enseignants d’EPS du département. Cet avis accepté par l’administration doit encore trouver une forme définitive. Il a été envisagé de passer par le tramage des districts UNSS. La demande initiale du SNEP-FSU est d’inscrire ces formations au PAF ceci a été rappelé en audience rectrice le 9 mars. Quelle que soit la solution retenue nous demandons que le mercredi AM reste libéré pour les rencontres de sport scolaire et que les frais de déplacement soient pris en charge.