mercredi, 15 juin 2016 08:13

DECLARATION LIMINAIRE des élus du SNEP FPMA 10 juin 2016

En tout premier lieu, nous ne saurions passer sous silence le contexte général, politique, social, économique dans lequel ont lieu cette année les mutations.

Nous faisons référence ici à la réforme du code du travail qui met à mal les équilibres nécessaires à l’organisation sociale du travail entre les salariés et les employeurs. Pour nous ce projet n’est pas acceptable, il doit être retiré et rediscuté avec les organisations syndicales avec l’objectif d’améliorer les droits des salariés, des jeunes et des chômeurs afin de leur donner des garanties quant à leur avenir.

Nous faisons référence aussi à la réforme du collège qui ne nous semble pas, en l’état, de nature à pouvoir répondre aux objectifs affichés d’une meilleure égalité des chances et mixité sociale. Nous voulons redire ici notre inquiétude face à la disparition de l’EPS de l’évaluation au DNB et sur les conséquences pour la discipline à plus long terme. Le SNEP-FSU demande le retour de cette épreuve dans le DNB.

 

Nous faisons référence enfin aux derniers rapports sur la filière professionnelle (baccalauréat professionnel) qui sont alarmants et montrent que très peu d’élèves issus de ces filières parviennent à s’insérer dans la vie active et que très peu d’entre eux s’engagent dans des poursuites d’études (à peine 20%), but pourtant clairement affiché de cette réforme en son temps.

Nous tenons une fois de plus à remercier le personnel des services du Rectorat pour sa disponibilité à l’occasion de cette phase de travail et plus particulièrement tous les gestionnaires EPS, qui nous ont répondu avec toute la précision et l’expertise nécessaires. Nous voudrions souligner aussi la qualité des documents transmis très tôt ainsi que leur lisibilité accrue. Nous apprécions tout particulièrement le fait d’avoir eu un délai de préparation suffisamment long qui a permis d’avoir des échanges avec les services et ainsi de résoudre des problèmes bien en amont de la FPMA.

Nous aimerions faire plusieurs constats à l’occasion de ce mouvement.

Le projet n’a pas été communiqué par les services du rectorat aux collègues. Il fait l’objet d’un travail exhaustif de vérification et de recherche d’amélioration mené par les élus du SNEP-FSU et les services rectoraux avant d’être contrôlé et validé. Même s’il semble abouti au départ, des améliorations ont pu être étudiées et probablement seront actées. Il nous semble primordial de maintenir cette procédure pour couper court à toute interprétation infondée sur notre rôle de commissaire paritaire et éviter de faux espoirs aux collègues.

La qualité du mouvement intra est cette année légèrement meilleure, le calibrage et le nombre d’entrants étant moins important que l’an passé. Mais surtout, c’est le différentiel postes créés et supprimés qui est beaucoup plus favorable, ainsi que les implantations des supports pour les fonctionnaires stagiaires qui ne bloquent pas de poste. La réinjection d’un poste dans le mouvement a permis aussi de satisfaire 3 demandeurs de plus, 4 en totalité avec les améliorations actées.

Nous serons cette année encore à 42% de taux de mutations (83/199). Très semblable à celui de 2015 mais encore trop bas par rapport à ce qu’il devrait être et au vu des précédents mouvements forts peu satisfaisants! Mais surtout 42 résultats sur 83 sont de véritables améliorations voulues par les collègues, ce qui constitue une réelle satisfaction (21% contre 16.5% en 2015)! Nous nous réjouissons aussi que plusieurs collègues nommés en extension par le passé aient pu obtenir une affectation plus proche de leur domicile même si cela se fait sur une ZR, ainsi que pour les collègues ayant obtenu une stabilisation sur un poste fixe.

Enfin, pour ce qui concerne les affectations sur ZR, nous voudrions souligner d’abord notre satisfaction d’un retour à un nombre de TZR plus en adéquation avec les besoins réels de remplacement et de leur répartition entre 68 et 67 tel que nous l’appelions de nos vœux. Nous espérons que les missions de remplacement pourront s’effectuer dans les meilleures conditions, à la fois pour les collègues TZR (quelques cas douloureux cette année) et dans l’intérêt des élèves qui trop souvent encore se voyaient privés de leurs cours. Les projets de RAD des TZR, que nous vous remercions de nous avoir fait parvenir avant la FPMA semblent aller aussi dans le sens d’une meilleure efficience puisqu’ils sont prononcés au plus près des vœux des collègues et qu’ils répondent au souci de maillage plus efficace. Nous espérons que la tenue du groupe de travail spécifique du 8 juillet puisse donner lieu à des affectations au plus près des vœux des collègues et de façon définitive.

 

 

Ensemble, restons déterminés à défendre le paritarisme et à en user dans l’intérêt de tous.

Les commissaires paritaires du SNEP.

Dernière modification le mardi, 28 juin 2016 05:53