mercredi, 09 décembre 2015 08:15

Exemple de motion pour lutter contre la réforme du collège.

Motion

Au Collège Rembrandt Bugatti comme dans la majorité des établissements de France, la réforme du Collège provoque un rejet considérable. L’interdisciplinarité à marche forcée, sur un modèle bureaucratique, ne correspond en rien à une pédagogie cohérente ni à la réalité du terrain.

Convoqués à la formation sur la réforme du collège les  6 novembre et 4 décembre à Molsheim, nous déplorons :

- Le caractère général du discours qu’on nous impose : la paraphrase d’une interminable série de présentations powerpoint, sans aucun recul réflexif.

- Le flou des réponses apportées à chaque fois qu’une question précise est posée. Dire « Ils y pensent » ne permet pas de savoir comment toutes les incohérences pourraient être résolues.

- La rétention d’information : nous avons demandé comment seraient les emplois du temps des élèves et des professeurs ; les formatrices nous ont répondu que « l’on a interdit aux formatrices de montrer les projections ».

- En Segpa : la question posée au sujet de l’intégration des élèves en sixième dans les classes ordinaires et de l’intervention des professeurs de Segpa dans les classes, n’a toujours pas obtenu de réponse.

- Le recours à un power-point « institutionnel », qui prêche les bienfaits de la Réforme en ignorant totalement les difficultés de mise en œuvre…Ce power-point est d’autant plus choquant et méprisant qu’il utilise des caricatures de professeurs à la plage…

- Le fait de scander « donner du sens à l’enseignement »  laisse sous-entendre que ce n’était pas le cas jusqu’à présent.

- Les  travaux en ateliers pour « préparer » des EPI...avant de savoir comment ceux-ci seront mis en place…sans que les collègues de la même matière soient présents.

 

Le discours dogmatique qui nous est imposé ne nous trompe pas. Les formules incantatoires répétées en boucle ne changent pas notre conviction, et nous ne sommes pas dupes :

Nous contestons cette réforme, la manière autoritaire avec laquelle on veut nous l’imposer, et le mépris dont nous sommes l’objet. Contrairement à ce qu’on tente de nous faire croire, la réforme n’est pas pédagogique, mais purement comptable. Il s’agit de supprimer le plus de postes possibles, tout en demandant aux enseignants un travail supplémentaire considérable, avec des concertations très  nombreuses, sans aucune compensation.

Plus généralement, nous affirmons notre attachement à notre liberté pédagogique, et notre refus des injonctions  qui vont à l’encontre de l’intérêt des élèves.

Dernière modification le mercredi, 09 décembre 2015 08:24