DECLARATION LIMINAIRE des élus du SNEP-FSU

FPMA EPS du 14 juin 2018

 

En bas de la liminaire, les résultats du mouvement.

Nous tenons tout d’abord à remercier le personnel des services du Rectorat pour sa disponibilité à l’occasion de cette phase de travail et plus particulièrement tous les gestionnaires EPS pour lesquels la tâche s’est avérée particulièrement chargée cette année du fait de la proximité des CAPA HC et CEX. Nous voudrions souligner aussi la qualité des documents transmis très tôt ainsi que leur lisibilité accrue grâce aux différents supports. Nous apprécions tout particulièrement le fait d’avoir eu un délai de préparation suffisamment long qui a permis d’avoir des échanges avec les services et ainsi de résoudre les problèmes bien en amont de la FPMA.

En préambule, nous ne saurions passer sous silence le contexte général, politique dans lequel ont lieu cette année les mutations.

Vous avez reçu un message digne de la désinformation la plus méprisante qui soit !
Ne soyons pas dupes, les élections professionnelles de 2018 se préparent !


S'il est vrai que Marc Hébinger peut siéger, ce n'est pas le seul élu PEPS qui siégera !

En effet l'administration nomme 4 collègues pris au hasard dans la liste des PEPS non éligibles pour siéger. A ce titre, comme ça a déjà été le cas lors de la 1ère campagne, une collègue syndiquée du SNEP-FSU siègera et lira une déclaration liminaire que nous aurons préparée et que vous pourrez trouver sur le site du SNEP-FSU Strasbourg.
Par ailleurs, le SNEP FSU Strasbourg nommera 2 experts qui siégeront également avec cette collègue.

Le SNEP FSU, seule organisation syndicale à intervenir effectivement !

Je tiens à préciser ici que vos élus du SNEP-FSU (8 titulaires sur 9 possibles) préparent cette CAPA, interviennent et demandent le réexamen des dossiers problématiques, même si statutairement ils n'ont pas le droit de siéger, au contraire de l'élu du SGEN qui, comme à son habitude se contente de faire acte de présence, ne prépare pas ses dossiers et se contente parfois de lire une déclaration de sa centrale sans rapport avec le sujet de la réunion en cours.

Libre à qui veut de croire à cette tentative honteuse de faire croire à une éventuelle implication et expertise du SGEN pour toutes les questions relatives à notre corps. Chacun sait que hormis le SNEP-FSU nulle OS n'est à même de défendre les intérêts des PEPS.
Plus encore, aucune autre OS ne le souhaite!


Jacques PEPIN
Commissaire paritaire académique et national
SNEP-FSU Strasbourg

Téléchargez les fiches syndicales à nous renvoyer pour le suivi de votre dossier classe exceptionnelle (cliquer sur le lien).

Classe exceptionnelle des PEPS

Classe exceptionnelle des agrégés

Le message du SGEN à la suite de l'article...

OUVERTURE DU SERVEUR POUR LA DEUXIEME CAMPAGNE DE PROMOTIONS A LA CLASSE EXCEPTIONNELLE jusqu’au 25 avril 2018

Si vous êtes éligible (Non promu(e) en février, ou nouvellement éligible), la saisie se fait via I-prof et le service SIAP.

Retour sur la 1ère CAPA

La première CAPA pour l’accès à la classe exceptionnelle s’est tenue dans notre académie le 19 février 2018.

Le SNEP FSU revendique un déroulé de carrière sans obstacle de grade, et n’était pas favorable à la création de la classe exceptionnelle. Même si celle-ci permet un nouveau débouché de carrière, l’administration en a largement restreint l’accès pour les enseignants n’ayant pas exercé de fonctions particulières puisque seuls 20% d’entre eux peuvent y accéder. Elle fait de ce deuxième vivier (non fonctionnel) un système de promotions au mérite arbitraire.

Nous siégeons ce jour, pour la première fois, à une CAPA extrêmement attendue par la profession, dans le cadre des nouvelles modalités de carrière issues de PPCR. Nous devons dire en préalable que le ministère par le retard dans la publication de la circulaire et par les dates imposées a mis tout le monde (rectorats, personnels administratifs, inspecteurs, chefs d’établissement, commissaires paritaires) dans des conditions de travail très difficiles.

 

La bataille pour les salaires et les carrières continue. Le gouvernement confirme sa politique d’austérité et annonce un plan de départ volontaire pour les fonctionnaires. Par ailleurs, se déroulent en ce moment les CA, les CTSD et CTA qui statuent sur la répartition des moyens, même s’il est louable que les CP de REP+ soient passés à 12, nous constatons que les conditions se dégradent sur tout le territoire dans le second degré : les effectifs par classe augmentent, les remplacements ne sont pas assurés, les HSA sont toujours plus nombreuses et le nombre de contractuels est en forte hausse. Qui a à gagner dans cette fuite en avant ? Certainement pas nos élèves !

Le SNEP-FSU Strasbourg a demandé dans un courrier à la rectrice 15 créations de postes.


Proposition du rectorat: 1 création, 7 suppressions (cherchez l'erreur).


Après nos interventions:
5 créations pour la rentrée 2018 en EPS pour 7 suppressions (dont 1 poste profilé)
Ce que nous avons gagné:
-Clg Molière Colmar
-Clg Grunewald Guebwiller
-Clg Bourtzwiller Mulhouse
-Clg St-Exupéry Mulhouse
En outre le poste spécifique triathlon au lycée de Molsheim est retiré.

Le Comité Technique spécial départemental du Haut-Rhin (CTSD 68) concernant la répartition des moyens dans le second degré (DHG) s’est réuni le mardi 13 février au lycée Schongauer de Colmar.

Le SNEP avec la FSU (SNEP, SNES, SNUIPP)est intervenu à de multiples reprises et a voté contre le projet de répartition présenté en CTSD, de même que l’ensemble des représentants du personnel.

Les principales raisons de ce vote sont :

La baisse globale des moyens alors que nous devons accueillir plus d’élèves

L’augmentation des effectifs par classe : les classes à 30 en collège (voir plus dans la réalité) se multiplient sur le département

L’absence d’informations concernant les dotations mulhousiennes due à l’absence de décision pour la réorganisation des secteurs de recrutement des collèges

La baisse inexpliquée de 75h des moyens donnés à l’éducation prioritaire

Le SNEP FSU a impulsé la demande désormais intersyndicale de la tenue d’un groupe de travail sur la question de la répartition des moyens sur Mulhouse.

L’analyse des documents fournis nous montre que 6 postes EPS sont menacés en collèges

Notre enquête de rentrée nous apprend que 7 postes pourraient être créés ou débloqués en collège sur le département, et au moins 2 en lycées.

Le SNEP FSU appelle les équipes EPS à s’investir pour maintenir les postes menacés et créer des postes là où, depuis plusieurs années, existe un bloc d’heures correspondant à un temps plein.

Refuser les HSA ou prendre l’IMP de coordination en décharge peut permettre de sauver un poste.

Frédéric Greiner, secrétaire départemental du SNEP FSU

« Tout est réchauffé au Macron-ondes »

Madame l’Inspectrice d’Académie-DASEN, Mesdames, Messieurs,

Pour plus de 5 millions d’agents de la Fonction Publique, comme pour de nombreux retraités, l’année 2018 s’annonce mal.

Les secrétaires départementaux du SNEP Strasbourg en séminaire pour défendre une EPS bien mal considérée dans la réforme du bac...

 

Nous remercions les collègues pour leurs 90% de réponses et nous vous joignons le bilan des réponses de cette enquête. Ces chiffres nous conduisent bien sûr à un questionnement sur les politiques vis à vis de l'EPS menées dans notre académie.

 

Bilan collèges Bilan lycées

 

Hier (mardi 16 janvier) vos commissaires paritaires ont siégé dans la cadre de la 1ère campagne d’avancement accéléré d’échelon, au titre des nouvelles modalités issues de l’accord PPCR (parcours professionnel carrières et rémunérations).

Celle-ci ne concerne plus que les collègues au 6ème et au 8ème échelon et permet à 30% des collègues concernés par une promouvabilité de passer un an plus tôt que la date prévue par le nouveau tableau d’avancement à l’échelon supérieur.

Cette CAPA d’avancement d’échelon est la première après l’application du protocole PPCR. Nous tenons tout d’abord à dénoncer les décisions prises par le nouveau gouvernement au nom de la réduction de la « dette publique ». Supprimer 120 000 postes de fonctionnaires, geler la valeur du point d’indice, réintroduire un jour de carence, augmenter la CSG sans compensation véritable, reporter le calendrier PPCR - remettant ainsi en cause les engagements de l’état – est-ce ainsi que l’on pense rassurer sur l’avenir de notre métier, son évolution et pour ce qui nous occupe plus particulièrement aujourd’hui sa revalorisation ?

Compte-rendu du groupe de travail du 12/12/2017

Promotions et l’avancement d’échelon

Ce mardi 12 décembre s’est tenu un groupe de travail concernant l’avancement d’échelon préparatoire à la CAPA des professeurs d’EPS qui aura lieu le mardi 16 janvier 2018. Les 8 membres du SNEP FSU ont été les seuls à intervenir auprès de l’administration au cours de cette réunion sur les sujets d'avancement.

Nos interventions ont porté sur :